samedi 20 février 2016

Un Tchernobyl médiatique

L'analyse de la guerre médiatique et de la crise ukrainienne


Accords de Minsk désaccordés

Le nouveau radeau de la Méduse a 1 an... 


Rappel :

Après que le refus du coup d'état du Maïdan par les populations russophones d'Ukraine ait provoqué le retour de la Crimée au sein de la Fédération de Russie, une guerre s'est déclenchée dans le Donbass, donnant naissance aux Républiques séparatistes de Donetsk et Lugansk.

Après avoir résisté victorieusement à Slaviansk et le longs des frontières avec la Russie, les milices républicaines ont stabilisé un front infligeant de lourdes pertes à l'armée ukrainiennes dans une séries de chaudrons successifs, notamment à l'Ouest de la République de Donetsk. Un premier protocole signé à Minsk le 5 septembre 2016 a tenté de mettre fin aux combats mais en vain suite notamment à la formation d'un nouveau chaudron sur Debaltcevo. 

Le 11 février 2015, les dirigeants de l'Ukraine, de la Russie, de la France et de l'Allemagne de nouveau réunis à Minsk ont décidé de relancé le protocole de paix et ont défini de nouvelles mesures ainsi qu'une feuille de route pour l'application de ces accords de paix connus sous le nom de "Minsk 2", tandis que les combats faisaient encore rage à Debaltcevo...

La situation du front au moment de la signature de Minsk 2, les lignes de front ukrainienne en bleu et républicaine en rouge, et les lignes de retrait des armes lourdes d'un calibre de + de 100 mm

Après de nouveaux combats fin mai-début juin 2016 (notamment à Marinka) se forme un groupe diplomatique à l'occasion des commémorations du débarquement de Normandie pour impulser ces accords de Minsk 2. Ce grupe de travail est composé de représentants de l'Allemagne, la Russie, l'Ukraine et la France est prend le nom de "Format Normandie"


1 an plus tard... 

Si les combats terrestres et les attaques blindées ont effectivement connu un net ralentissement depuis la signatures de ces nouveaux accords, le cessez le feu qui est le socle préliminaire de leur réalisation est très loin d'être respecté.

En effet, sur l'ensemble de la ligne de front, quotidiennement des échanges de tirs ont lieu et surtout des pilonnages sporadiques réalisés par l'armée ukrainiennes à l'aide de ses moyens d'appui feu d'infanterie (lance grenades, canon sans recul, mortier d'infanterie etc...) mais aussi avec des unités d'artillerie aux calibres prohibés mais qui sont maintenus à portée de tir de la ligne de front (obusiers de 122, 152 et 2013 mm et Lances Roquettes Multiples de 122, 1=240 et 300mm notamment)

Actuellement, même si une résolution diplomatique du conflit est évidemment la meilleure solution morale, force est de constater que les accords de Minsk sont actuellement inapplicables tant sur plan militaire que politique, et je trouve même leur contenu complètement utopique quand il n'est pas résolument partial en faveur de Kiev.

Violations régulières des accords de Minsk les tirs ukrainiens de tous calibres continuent a frapper la population du Donbass
Dans l'état actuel de l'évolution du front, il nous semble être dans une marmite qui après avoir été entretenue à feux doux depuis 1 an est en train de rentrer dans une nouvelle phase d'ébullition provoquée par des violations de plus en plus fréquentes et violentes du cessez le feu par les soudards de Kiev. 

Si ces violations continuent, et se généralisent confirmant une stratégie globale plus que des initiatives indisciplinées locales, il est probable qu'un nouvel embrasement du front intervienne avant l'automne de cette année...


Voici le textes des accords de Minsk avec quelques réflexion à chaud...

Les accord de Minsk 2

1. Cessez-le-feu immédiat et général dans certaines zones des régions ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk et mise en œuvre rigoureuse de celui-ci à partir du 15 février 2015 à 0 heure (heure de Kiev).

Au moment de sa signature, ce cessez le feu s'avère inapplicable dans le chaudron de Debaltcevo où les belligérants sont en plein mouvement. Le Président Zakharchenko déclare d'ailleurs que dans ce secteur les accords ne pourront être engagés qu'après le retrait des troupes de Kiev.


2. Retrait par les deux parties de toutes les armes lourdes à des distances égales afin d’établir une zone de sécurité d’une largeur minimale de 50 km pour les systèmes d’artillerie d’un calibre de 100 mm et plus et une zone de sécurité de 70 km de largeur pour les systèmes de lance-roquettes multiples et de 140 km de largeur pour les systèmes de lance-roquettes multiples Tornado-S, Ouragan et Smertch et les systèmes de fusées tactiques Totchka (Totchka-Ou) :
- pour les troupes ukrainiennes, à partir de la ligne de contact de fait ;
- pour les unités armées de certaines zones des régions ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk, à partir de la ligne de contact établie conformément au mémorandum de Minsk du 19 septembre 2014.
Le retrait des armes lourdes énumérées ci-dessus devra débuter au plus tard le deuxième jour suivant le cessez-le-feu et prendre fin dans un délai de quatorze jours.
L’OSCE contribuera à ce processus avec l’appui du Groupe de contact tripartite.

Dans les faits, les bombardements vont s'estomper dans les premiers mois qui suivent la mise en oeuvre de Minsk 2, l'OSCE contrôlant les inventaires des dépôts d'armes lourdes situées à l'arrière du front. Mais à partir de l'hiver 2015-2016, on observe un retour progressif de l'artillerie ukrainienne vers le front et une reprise des bombardements sur les quartiers d'habitations situés en bordure de la ligne de front.

Par ailleurs, il existe en de nombreux endroits sur le front des zones de contact où les belligérants sont à la portée de leurs armes légères, ce qui rend quasi impossible un cessez le feu , notamment quand le front est au sein de zones urbaines comme à Marinka, Peski, Avdiivka, Gorlovka etc... Pour bien faire il aurait fallu imposer une largeur minimum de plusieurs kilomètres de la "zone grise" et assurer sa complète démilitarisation, comme lorsqu'on sépare 2 boxeurs sur un ring car actuellement les 2 armées sont au contact et l'une d'elles (DNR et LNR) même en étant victorieuse, est dans les cordes avec une ligne de front aux portes des bastions rebelles.


3. Assurer un suivi et une vérification effectifs, de la part de l’OSCE, du régime de cessez-le-feu et du retrait des armes lourdes dès le premier jour de celui-ci, avec recours à tous les dispositifs techniques nécessaires, y compris satellites, drones, systèmes radar et autres.

Ces belles intentions et qui se confirment parfois sur le terrain ne sont pas accompagnées d'un catalogue de mesures coercitives à l'encontre des belligérants, pour les forcer à respecter le retrait. C'est ainsi que Kiev après que ces premiers redéploiements d'armes lourdes soient restés impunis va poursuivre réarment et bombardement en toute impunité.


4. Le premier jour suivant le retrait engager un dialogue sur les modalités de la tenue d’élections locales conformément à la législation ukrainienne et à la Loi de l’Ukraine relative aux modalités temporaires de l’exercice de l’autonomie locale dans certains arrondissements des régions de Donetsk et de Louhansk, ainsi que sur le régime futur de ces arrondissements en vertu de ladite loi.

Sans retard, trente jours au plus tard à compter de la signature du présent document, faire adopter par la Rada suprême d’Ukraine une résolution précisant le territoire relevant d’un régime particulier en vertu de la Loi de l’Ukraine relative aux modalités temporaires de l’exercice de l’autonomie locale dans certains arrondissements des régions de Donetsk et de Louhansk, sur la base de la ligne établie par le mémorandum de Minsk du 19 septembre 2014.

La faiblesse de ce point n°4 est selon moi la restriction de la consultation démocratique à "certains arrondissements des régions de Donetsk et de Louhansk", ce qui est un non sens pour 2 raisons : 

- au regard des définitions administratives tant ukrainienne que républicaines, les zones concernées par le scrutin devraient être celles des anciens oblasts de Donetsk et Lugansk sans exceptions territoriales.

- au regard de l'histoire du soulèvement anti-maïdan les régions de Mariupol,  Volnovakha, Kraneisarmeisk , Artemovsk, Kramatorsk, Slaviansk, Lysichansk, Sieverodonetsk etc... sont concernées de fait par ce scrutin. D'ailleurs les récentes élections municipales ont démontré l'attachement de leurs populations au destin de leurs chef lieux par un vote majoritaire pour le parti d'opposition prorusse.

Cette exclusion arbitraire des zones occupées par l'armée ukrainiennes à l'issue des combats de 2014, méprise une partie de la population rebelle mais surtout est une mesure visant a garantir la mainmise par Kiev d'une partie du potentiel industriel de la région (notamment au Nord de Donetsk) et du seul port de commerce de Mariupol qui permet une viabilité d'exportation économique au Donbass


5. Garantir la grâce et l’amnistie en promulguant la loi interdisant toutes poursuites et toutes sanctions à l’encontre de personnes en rapport avec les événements qui ont eu lieu dans certaines zones des régions ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk.

Là également de belles intentions incontrôlables et qui d'ailleurs ne sont pas appliquées dans les régions occupées par Kiev et dans lesquelles sont quotidiennement pratiquées surveillances arrestations emprisonnements et déportations des opposants au régime ayant pris part au soulèvement en 2014.


6. Assurer la libération et l’échange de l’ensemble des otages et des personnes retenues illicitement sur la base du principe « tous contre tous ». Ce processus devra prendre fin au plus tard le cinquième jour suivant le retrait.

L'emploi du mot "otage" est ici inacceptable, car il sous entend une dimension terroriste à la rébellion du Donbass que même l'ONU a refuser de reconnaitre en 2014 lorsque Kiev demande à ce que les "Républiques de Donetsk et Lugansk soient qualifiées d'organisations terroristes". Il s'agit en l'occurrence de "prisonniers de guerre" dans les faits et le traitement appliqués par les armées républicaines appliquant à leur encontre les conventions de Genève. 

Si il est question d'otage dans cette guerre c'est plutôt du côté des geôles du SBU ukrainien qu'il faut regarder car Kiev est régulièrement pointé du doigt par l'ONU pour ses arrestations arbitraires de civils de journalistes, les mauvais traitement et tortures infligées aux prisonniers etc...

Cela dit il faut souligner ici que des échanges de prisonniers se sont déroulés régulièrement depuis la signature des accords, même si on peut peut observer l'inégalité des traitements sanitaires et même la nature des prisonniers car soldats échangés par Kiev sont souvent en piteux états sanitaire, quand il ne s'agit pas de civils enlevés juste quelques jours avant l'échange.


7. Garantir la sécurité de l’accès à l’aide humanitaire, de sa livraison, de son stockage et de sa distribution aux personnes nécessiteuses sur la base d’un mécanisme international.

8. Définir les modalités du plein rétablissement des rapports socio-économiques, notamment les transferts sociaux tels que le versement des pensions et autres prestations (recettes et revenus, paiement en temps voulu de toutes les charges collectives, reprise de l’imposition dans le cadre juridique ukrainien).

À cette fin, l’Ukraine rétablira le contrôle du segment de son système bancaire dans les zones affectées par le conflit et un mécanisme international en vue de faciliter ces transferts sera éventuellement mis en place.

Ces points, ont commencé a être mis en oeuvre mais très lentement...


9. Rétablissement du contrôle total de la frontière d’État par le gouvernement de l’Ukraine dans l’ensemble de la zone du conflit, qui devra commencer le premier jour suivant les élections locales et s’achever après le règlement politique global (élections locales dans certains arrondissements des régions de Donetsk et de Louhansk sur la base de la Loi de l’Ukraine et réforme constitutionnelle) à la fin de 2015, sous réserve de la mise en œuvre du paragraphe 11 en consultation et en accord avec les représentants de certains arrondissements des régions de Donetsk et de Louhansk dans le cadre du Groupe de contact tripartite.

De toute évidence ce point est dans l'état actuel inacceptable par les Républiques de Donetsk et Lugansk est devrait être soumis à la condition seule que la population rejette un statut particulier et veuille continuer en tant qu'oblasts ukrainiens.

Là encore, comme pour le point 4 on voit l'intervention du régime de Kiev qui veut ici pouvoir étrangler économiquement les régions de Donetsk et Lugansk en se donnant la possibilité de les isoler complètement par un blocus total.

Lorsque le point 4 définit qu'il sera réalisé APRES les élections il devrait en toute logique préciser que son application dépendra alors de leurs résultats car en cas d'autonomie maximale il est difficile d'imaginer le contrôle des frontières sans au moins la participation des services de sécurité des régions concernées...


10. Retrait du territoire de l’Ukraine de l’ensemble des unités armées étrangères et équipements militaires et mercenaires étrangers, sous le contrôle de l’OSCE. Désarmement de tous les groupes illégaux.

Depuis la signature de ces accords les Républiques de Donetsk et Lugansk ont engagé une modernisation complète de leurs milices qui étaient nées d'initiatives locales en les réorganisant dans des structures militaires uniformisées et sous commandements et règlements unifiés.

Côté Kiev en revanche de nombreuses unités dites "spéciales", des groupes de paramilitaires, ou des sociétés privées de mercenaires continuent de sévir sur le front en marge du commandement militaire ukrainien qui rencontrent très régulièrement des problèmes de disciplines avec eux. A part quelques procès anecdotiques pour se donner bonne conscience, Kiev ne fait rien pour dissoudre ces 'groupes illégaux" fréquemment reconnus responsables par la commision des Droits de l'Homme de l'ONU, responsables de crimes divers...


11. Mise en œuvre d’une réforme constitutionnelle en Ukraine avec entrée en vigueur d’ici à la fin de 2015 d’une nouvelle Constitution prévoyant comme élément clef une décentralisation compte tenu des spécificités de certains arrondissements des régions de Donetsk et de Louhansk définies en accord avec les représentants de ceux-ci, ainsi qu’adoption, avant la fin de 2015, d’une législation permanente relative au statut spécial de certains arrondissements des régions de Donetsk et de Louhansk conformément aux mesures mentionnées en note1.

12. Sur la base de la Loi de l’Ukraine relative aux modalités temporaires de l’exercice de l’autonomie locale dans certains arrondissements des régions de Donetsk et de Louhansk, les questions afférentes aux élections locales feront l’objet de discussions et d’un accord avec des représentants de certains arrondissements des régions de Donetsk et de Louhansk dans le cadre du Groupe de contact tripartite. Les élections auront lieu dans le respect des normes pertinentes de l’OSCE et seront suivies par le BIDDH de l’OSCE.

Cette réforme constitutionnelle, ne devrait pas limiter sa décentralisation aux régions qui ont ou résister militairement à Kiev mais la proposer à toutes les régions d'Ukraine et principalement au territoire de la Novorossiya qui existe de fait dans les résultats des élections ukrainiennes de ces dernières années. Ne pas faire cela serait une injustice flagrante et provoquerait même une résurgence de troubles dans les régions occupées et qui aspirent au minimum à un tel statut.


13. Intensifier l’action du Groupe de contact tripartite, notamment en mettant en place des groupes de travail chargés de la mise en œuvre des aspects correspondants des accords de Minsk. Ils refléteront la composition du Groupe de contact tripartite.

Là encore, quels sont les moyens coercitifs pour forcer Kiev a appliquer les accords de Minsk ?

On a vu en 2014 les pays occidentaux se précipiter en chœur dans des représailles économiques contre Moscou après que le peuple de Crimée ait décidé de revenir au sein de la Russie, mais ces mêmes pays sont incapables de peser sur les aides économiques qu'ils donnent à l'Ukraine pour sanctionner Kiev des multiples violations du cessez le feu commises par son armée sur le front...


Les participants au Groupe de contact tripartite :
Heidi Tagliavini, ambassadrice
L. D. Koutchma, deuxième Président de l’Ukraine
M. Iou. Zourabov, ambassadeur de la Fédération de Russie en Ukraine
A. V. Zakhartchenko
I. V. Plotnitski

L'armée ukrainienne, profitant de l'accalmie relative des accords de Minsk a réorganisé ses forces et son dispositif d'assaut
La pire chose qui puisse arriver pour le Donbass, et qui serait la conséquence ce ces accords désaccordés, serait que le conflit s'enlise dans cette situation actuelle entre une fausse paix et une fausse guerre mais avec chaque jours de vrais morts jonchant les ruines d'un pays écrasé par les obus ukrainiens. 

Les accords de Minsk, doivent être réécris complètement et avec l'avis d'expert militaires car actuellement ils sont irréalisables dans ce domaine, or un vrai cessez le feu est préalable et la condition sine qua non  à toutes autre négociation. Par ailleurs, leur définition et leur contrôle devraient être confiés à des pays étrangers aux intérêts des parties en présence plutôt qu'à des gouvernements qui sont en business avec leur satrape kiévien...

Bref, Minsk 2 est "un cataplasme sur une jambe de bois" comme dirait ma grand mère car même si une stabilisation de la ligne de front est observée,  ces accords de paix qui pourtant sont nécessaires à la résolution du conflit, ont jusqu'à présent plus servi à Kiev qui a pu réorganiser son armée et son dispositif d'assaut qu'à une paix éventuelle et durable dans cette région du Donbass...

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Carte des oblasts de Donetsk et Lugansk




vendredi 19 février 2016

SITREP du 15 au 21 février 2016

Dernière mise à jour :  18 février

Vous pouvez déormais retrouver les rapports de situation, vidéos, articles et analyses 
sur le site du projet DONi Defence, le lien ici : Donbass Defence Journal verson française 



Les analyses récentes de la situation militaire, le lien ici : "Un arc blindé tendu vers le Donbass"

Les précédents rapports de situation, le lien ici : SITREP


Situation au 15 février 2016

"Affrontements entre le Secteur Droit et les FAU
sur fond de terreur contre les habitants du Donbass"


Rapport de situation du Ministère de la Défense 

“La situation dans la République populaire de Donetsk reste compliquée et tendue. Durant la semaine écoulée, du 8 au 14 février, les punisseurs ont bombardé 479 fois le territoire de la République, y compris 276 fois avec des armes lourdes. Rien que durant la journée écoulée, l’armée ukrainienne a violé 25 fois le cessez-le-feu et a bombardé 209 fois le territoire de la République,” a rapporté lundi le commandant en second de l'armée de Donetsk Edouard Bassourine, en soulignant "l’intensification de la "terreur des snipers" et de la "guerre des mines explosives" ukrainiennes contre les civils", mais aussi "l’information concernant un affrontement entre les bataillons nationalistes et les unités de FAU." D’après Bassourine “le commandement ukrainien est passé à la norme de la terreur ouverte contre le peuple du Donbass et du blocus total de la RPD et la RPL.”

“Les bombardements les plus intensifs, lors desquels ont été utilisées les armes lourdes, ont été menés entre autres sur les localités de Zaïtsevo, Spartak, Staromikhaylovka, Zhabounki, Alexandrovka, Kominternovo, Dokouchaevsk, Kominternovo, la zone de l’aéroport, le district de Petrovsky et le centre Volvo de Donetsk.

Ont été bombardées les localités de Staromikhaylovka, Dokouchaevsk, Kominternovo, Zhabounki, la mine Gagarine, ainsi que les zones de l’usine chimique, l’aéroport et le district de Petrovsky à Donetsk. Lors des bombardements, ce sont surtout les armes prohibées qui ont été utilisées, comme des mortiers de 120 mm et 82 mm qui ont été utilisés 171 fois. Les criminels ukrainiens ont effectué huit tirs avec un char d’assaut sur le territoire de Dokouchaevsk et ont utilisé un missile antichar dans la direction de Staromykhailovka.

Cette semaine, la diminution relative du nombre de bombardements effectués avec des armes lourdes a été compensée par l’intensification de la “terreur des snipers” et la "guerre des mines explosives" contre les civils.

Durant la semaine écoulée, nos services de renseignement ont enregistré une augmentation du nombre d'équipes de snipers des unités structurelles des FAU sur la ligne de contact. En outre, d’après nos services de renseignement, un grand nombre d'équipes de snipers sont constituées de mercenaires étrangers venus de Pologne et des états Baltes. En utilisant ces équipes dans les zones de localités pacifiques, la partie ukrainienne cherche à détruire totalement la vie paisible qui s’y trouve, créer des conditions de vie insupportables pour les civils et désigner l’armée de la RPD comme la cause de tous les problèmes.

En fait, le commandement ukrainien est passé à la norme de la terreur ouverte contre le peuple du Donbass et du blocus total de la RPD et la RPL. Pour y arriver, Kiev ne ferme pas seulement des points de passage, mais mine aussi les zones les plus fréquentées de routes et de chemins utilisés uniquement par les civils.

Cette semaine, les violations de la convention de Genève et des accords de Minsk par l'Ukraine ont été maintes fois enregistrés par les représentants de la mission de l'OSCE dans leurs rapports. En particulier, cette semaine, les observateurs ont détecté huit mines antichars installées par l'armée ukrainienne près des points de passage de la localité de Maryinka.

À cause de ce minage, le 10 février, un minibus civil a touché une mine antichar au point de passage des FAU près de la localité de Novomikhaylovka, provoquant la mort de quatre civils et faisant trois blessés. Le 12 février, deux civils ont touché un piège à grenade installé par l'armée ukrainienne sur un chemin près de la localité de Zhovanka. L'un des civils a été tué, et pour l'autre, les médecins continuent de se battre pour le maintenir en vie.

Tous les crimes commis par les FAU sont enregistrés par les autorités d'enquête du bureau du procureur général de la RPD afin de préparer des dossiers pénaux et les soumettre aux institutions internationales.

Durant la semaine écoulée, l'ennemi a continué à concentrer ses forces et ses moyens près de la ligne de contact, ainsi qu'à reconstituer ses stocks.

Pendant la semaine, les services de renseignement de la RPD ont enregistré le mouvement de soldats, d'armes et d'équipements militaires des FAU:

En direction de Gorlovka:

Douze lance-roquettes multiples BM-21 “Grad”, 14 canons d'artillerie, huit systèmes d'artillerie motorisés, 16 véhicules de transport de troupes blindés et une trentaine de véhicules avec des soldats et des munitions dans la zone de Lozovatskoye, Konstantinovka, Novogrodovka et Artyomovsk.

En direction de Donetsk:

Trois systèmes d'artillerie motorisés, deux chars d'assaut, quatre véhicules avec environ 150 soldats et un groupe de snipers de la 93e brigade motorisée dans la zone de Zaïtsevo et Peski.

En direction de Marioupol:

Un lance-roquettes multiples BM-21 ”Grad”, quatre systèmes d'artillerie motorisés, six chars d'assaut, six véhicules de combat d'infanterie, quatre camions légèrement blindés MT-LB et dix véhicules avec des soldats, ainsi que dix femmes snipers venant de Pologne et des états Baltes, et jusqu'à deux pelotons de soldats (environ 80 hommes) de la société militaire privée “bataillon de maintien de la paix international Djokhar Doudaev” dans la zone de Novotroitskoye, Zamozhnoye (Chermalyk), Mirnoye, Malovodnoye et Rybinskoye.

En outre, dans ses rapports, la MSS de l'OSCE enregistre l'absence de l'équipement des FAU des sites de stockage; en particulier, sept systèmes d'artillerie motorisés "Akatsia" de 152 mm, un système d'artillerie motorisé “Gvozdika” de 122 mm, 23 chars d'assaut, sept canons antichars D-44 et D-48 de 85 mm et trois mortiers.

Tous ces faits démontrent à nouveau les plans agressifs de Kiev et la réticence des autorités ukrainiennes à résoudre pacifiquement le conflit dans le Donbass.

Un autre facteur qui déstabilise constamment la situation est le moral extrêmement bas des forces armées ukrainiennes et de la garde nationale. Nous sommes déjà habitués à leurs pillages et maltraitances des civils. Maintenant ils commencent à se tirer dessus entre eux. Nous avons obtenu des informations concernant un affrontement entre les bataillons nationalistes et les unités des FAU. D'après nos équipes de renseignement, le 9 février 2016 entre 20 h et 22 h, dans la zone de Maryinka (à 1 km de la ligne de contact) a eu lieu un combat entre les unités du CVU (Corps de Volontaires Ukrainiens) “Secteur Droit” et la 95e brigade aéromobile. D'après nos informations, les soldats du CVU "Secteur Droit" ont préparé, de leur propre initiative, une percée dans la zone de Maryinka, qui n'a pas été soutenue par le groupe tactique de la 95e brigade aéromobile. Les parachutistes ukrainiens devaient ouvrir le feu sur les positions des forces armées de la RPD mais ont refusé de le faire sans un ordre du commandement. En conséquence, les radicaux de "Secteur Droit" ont essayé d'agir comme une unité de barrage et forcer les parachutistes à attaquer la position de l'armée d la RPD, ce qui a abouti à un combat entre les nationalistes et les soldats des FAU. D'après nos information, les pertes des deux côtés sont d'une trentaine de morts et une centaine de blessés, ce qui a été confirmé par des messages radio interceptés et des informations venant des établissements de santé où les morts et les blessés ont été amenés.

Il y a eu aussi un échange de tirs entre les unités des FAU et les bataillons de volontaires nationalistes du ministère de l'Intérieur ukrainien dans la zone de Novotroitskoye (à 6 km de la ligne de contact). D'après nos informations, cet affrontement a fait aussi des morts et des blessés. L'échange de tirs a été provoqué par la redistribution du contrôle des marchés.

Tout cela démontre le manque total de contrôle des autorités ukrainiennes sur les nationalistes qui sont non seulement engagés dans les activités criminelles de la zone de l'OAT, mais qui cherchent aussi à provoquer, par tous les moyens, la poursuite du conflit armé dans le Donbass,” a indiqué Bassourine.

Commandant en second Edouard Bassourine, 
traduction officielle depuis l'anglais par Úlfdís Haraldsdóttir pour l'Agence DONi News




Sources de l'article :

- Site DONi News, le lien : ICI


MISES A JOUR :

16 février 2016

"Déchaînement des nationalistes ukrainiens :
minages, expulsions forcées et durcissement du blocus"


Rapport de situation du Ministère de la Défense 

"La situation dans la République populaire de Donetsk reste tendue. Rien que durant la journée écoulée, l'armée ukrainienne a violé 31 fois le cessez-le-feu et a bombardé 173 fois le territoire de la République," a rapporté mardi le commandant en second de l'armée de Donetsk Edouard Bassourine, en soulignant les actions de la partie ukrainienne visant à "durcir le blocus humanitaire et alimentaire de la République". Ainsi, les nationalistes "ne laissent pas passer les civils aux points de passage", "minent le territoire des localités" et "mènent des expulsions forcées des habitants hors de leurs maisons".

"Lors des bombardements, l'ennemi a utilisé 145 fois des mortiers de 120 mm et 82 mm, et 21 fois des missiles antichars et des armes légères. Sur le territoire des localités de Dokouchayevsk et Zaïtsevo, sept tirs ont été effectués avec des mortiers lourds, et les punisseurs ukrainiens ont bombardé le territoire de la localité de Dzerzhynskoye et la zone du centre Volvo à Donetsk avec un système antiaérien ZU-23 AD.

Les bombardements ont été menés depuis les positions des 14e et 93e brigades motorisées sous le commandement des criminels de guerre Zhakoun et Klochkov, dans les localités de Peski, Zhovanka, Novotroitskoye, Opytnoye, et Maryinka contre le territoire des localités de Zhabounki, Zaïtsevo, Dokouchayevsk, la zone de l'aéroport, le centre Volvo et le district de Petrovsky à Donetsk.

Nos services de renseignement continuent d'enregistrer la concentration des unités et de l'équipement militaire des FAU près de la ligne de contact:
- À Vodyanoye (à 1 km de la ligne de contact) a été enregistrée la concentration de quatre véhicules de transport de troupes blindés et un système antiaérien ZU-23 AD;

Dans le rapport de la mission de l'OSCE du 14 février, a été enregistré l'absence dans les sites de stockage ukrainiens de deux unités de lance-roquettes multiples BM-21 "Grad", 11 mortiers PM-38 de 120 mm, et 11 obusiers remorqués D-30.

Suite aux bombardements menés par les FAU, un civil a été légèrement blessé – un garçon de 11 ans; dans la localité de Zaïtsevo 16 habitations ont été détruites dans les rues suivantes: Karbyshev, Obrouchev, Muravyev, Lisyansky, Stankov, Torgovy Lane et dans le district de Petrovsky à Donetsk, dans les rues Ourozhainaya et Mark Ozerny.

De la situation actuelle, on peut tirer la conclusion que les commandants à tendances nationalistes dans la zone de l'OAT se moquent des accords de Minsk et font preuve d'une insubordination totale envers les dirigeants politico-militaires ukrainiens à la veille de la réunion du groupe de contact à Minsk, le 17 février.

Nous continuons à recevoir des informations sur les crimes des punisseurs contre les civils. Ainsi, environ 200 habitants des localités de Vodyanoe et Shirokino (en majorité des femmes âgées), se sont rassemblés à Marioupol et ont demandé à ce que le territoire des localités soit déminé et que soit mis fin aux expulsions forcées des habitants hors de leurs maisons. En outre, au point de passage de la localité de Verkhnetoretskoye, les nationalistes ne laissent pas passer les civils qui vont travailler dans les localités de Yasinovataya et Panteleymonovka.

Nous avons une question pour le quartier général de l'OAT: pourquoi le point de passage de la ville de Mayorsk fermé précédemment car la zone était dangereuse pour la circulation civile, a été soudainement ouvert à nouveau pour le représentant spécial de la mission de l'OSCE en Ukraine, Alexander Hug? Il s'avère que la partie ukrainienne met délibérément en danger le représentant spécial de la mission de l'OSCE. Apparemment la fermeture de ce point de passage a été maquillée et fabriquée par l'Ukraine pour durcir le blocus humanitaire et alimentaire de la République," a indiqué Bassourine.

Commandant en second Edouard Bassourine, 
traduction officielle depuis l'anglais par Úlfdís Haraldsdóttir pour l'Agence DONi News


Sources de l'article :

- Site DONi News, le lien : ICI



17 février 2016

"Provocations et sabotages ukrainiens
et exacerbations des tensions"


Rapport de situation du Ministère de la Défense 

"La situation sur la ligne de contact s'est aggravée. L'armée ukrainienne a violé 26 fois le cessez-le-feu et a bombardé 225 fois le territoire de la République," a rapporté mercredi le commandant en second de l'armée de Donetsk Edouard Bassourine, en portant une attention particulière au "sabotage mené par un groupe de sabotage-reconnaissance ukrainien afin de continuer d'isoler la République sur les plans humanitaire et économique" et "les actions des unités de FAU visant à déstabiliser la vie paisible et à créer des conditions de vie insupportables pour les habitants."

"Lors des bombardements, l'ennemi a utilisé 161 fois des mortiers de 120 mm et 82 mm, et cinq fois des missiles antichars et des armes légères. Les punisseurs ukrainiens ont bombardé 59 fois le territoire de la localité de Staromikhaylovka avec de l'artillerie.

Les bombardements ont été menés depuis les positions des 14e et 93e brigades motorisées sous le commandement de Zhakoun et Klochkov, dans les localités de Peski, Zhovanka, Nevelskoye, Opytnoye, Krasnogorovka, et Maryinka contre le territoire des localités de Lozovoye, Zaïtsevo, Zhabichevo, Staromikhaylovka, Naberezhnoye, la zone de l'aéroport, le centre Volvo et le district de Petrovsky à Donetsk.

Suite aux bombardements, quatre bâtiments résidentiels ont été endommagés dans la localité de Naberezhnoye.

Nos services de renseignement continuent d'enregistrer la concentration de mercenaires étrangers et de soldats des unités nationalistes près de la ligne de contact:
- À Dzerzhinsk (à 5 km de la ligne de contact ) a été enregistrée l'arrivée d'escadrons de snipers venant des états Baltes.
- À Krasnogorovka a été enregistrée l'arrivée de 150 soldats du corps de volontaires ukrainiens Secteur Droit.

Les actions des unités de FAU dans les zones des localités visent à déstabiliser la vie paisible et créer des conditions de vie insupportables pour les habitants, afin d'accuser l'armée de la RPD de l'aggravation de la crise. D'après les soldats des FAU capturés, les unités ukrainiennes ouvrent le feu avec tout type d'armes afin d'inciter les soldats de l'armée de la RPD à tirer en retour. Après ne serait-ce que le premier tir en retour de notre part, la partie ukrainienne enregistre le bombardement et transfère les informations à la mission de l'OSCE avec beaucoup d'exagération afin de pouvoir nous accuser la prochaine fois de prétendues violations des accords de Minsk concernant le cessez-le-feu. Les mensonges et les intérêts propres du commandement des FAU devient un obstacle au règlement pacifique du conflit et continue à exacerber les tensions.

La nuit dernière, un groupe de sabotage-reconnaissance ukrainien a miné la ligne de chemin de fer dans la localité de Yasinovataya, provoquant le déraillement de huit wagons. Il n'y a pas eu de blessés. Cet acte de sabotage a été mené par un groupe de sabotage-reconnaissance ukrainien afin de continuer d'isoler la République sur les plans humanitaire et économique," a indiqué Bassourine.

Commandant en second Edouard Bassourine, 

traduction officielle depuis l'anglais par Úlfdís Haraldsdóttir pour l'Agence DONi News


Vidéo de soldats ukrainiens en train de tirer des missiles anti chars vers les positions républicaines



Sources de l'article :

- Site DONi News, le lien : ICI



18 février 2016

"L'Ukraine perd le contrôle de ses unités et pousse pour relancer le conflit"


Rapport de situation du Ministère de la Défense 

"La situation sur la ligne de contact s'est détériorée. L'armée ukrainienne a violé 26 fois le cessez-le-feu et a bombardé 102 le territoire de la République”, a rapporté jeudi le commandant en second de l'armée de Donetsk Edouard Bassourine. Il a aussi attiré l'attention sur le fait que “les représentants ukrainiens au sein du CCCC n'assurent pas le contrôle et la coordination du cessez-le-feu”. Il a ajouté qu'ils “se sont transformés en statisticiens des violations du cessez-le-feu et fournissent des informations mensongères en faveur des autorités militaires et politiques ukrainiennes et de l'OSCE”.

Lors des bombardements, l'ennemi a utilisé 98 fois des mortiers de 120 mm et 82 mm, deux fois des véhicules de combat d'infanterie, et deux fois des lance-grenades et des armes légères.

Les bombardements ont été menés depuis les positions des 14e et 93e brigades motorisées sous le commandement de Zhakoun et Klochkov dans les localités de Peski, Krasnogorovka, Nevelskoye, Opytnoye, Maryinka, et la mine Boutovka contre les territoires des localités de Spartak, Zhabichevo, Staromikhaylovka, la zone de l'aéroport, le centre Volvo et le district de Petrovsky à Donetsk.

Suite aux bombardements, un civil a été tué et quatre blessés par l'explosion d'obus et de mines. Alors qu'il se trouvait à un poste d'observation, un soldat des forces armées de la RPD a été tué par un sniper ennemi. Une école a aussi été endommagée dans la localité de Staromikhaylovka.

Nos services de renseignement continuent d'enregistrer la concentration de soldats et d'équipement militaire des FAU près de la ligne de contact:
- À Belokouzminovka (à 37 km de la ligne de contact) a été enregistrée l'arrivée de sept obusiers;
- À Chasov Yar (à 20 km de la ligne de contact) a été enregistrée l'arrivée de trois véhicules de combat d'infanterie et 14 véhicules avec des soldats;
- À Novotroytskoye (à 6 km de la ligne de contact) a été enregistrée l'arrivée de huit véhicules de combat d'infanterie et six véhicules avec des soldats et des munitions.

D'après le rapport de la mission de l'OSCE, dans les sites de stockage des armes et équipements ukrainiens, l'absence de trois canons d'artillerie D-48 de 85 mm et deux canons antichars "Rapira" de 100 mm a été enregistrée.

Je voudrais attirer votre attention sur le fait que les représentants ukrainiens au sein du CCCC n'assurent pas le contrôle et la coordination du cessez-le-feu, ils se sont transformés en statisticiens des violations du cessez-le-feu et fournissent des informations mensongères en faveur des autorités militaires et politiques ukrainiennes et de l'OSCE. Parmi les fais récents confirmant de telles actions, il y a les affrontements entre les bataillons nationalistes et les unités des FAU dans les zones de Maryinka et Novotroytskoye, où des lance-roquettes multiples “Grad” ont été utilisés, ainsi que les violations par la partie ukrainienne des accords sur le retrait des armes de la ligne de contact.

Tous ces faits démontrent un accord tacite et le manque de contrôle des autorités politiques et militaires ukrainiennes sur la situation dans la zone de l'OAT et leur volonté de continuer le conflit dans le Donbass.

Commandant en second Edouard Bassourine, 


traduction officielle depuis l'anglais par Úlfdís Haraldsdóttir pour l'Agence DONi News



Bombardement d'une école de Staromykhailivka par les ukrainiens dans le nuit du 17 au 18 février




Sources de l'article :

- Site DONi News, le lien : ICI
- Vidéo You Tube, le lien : ICI





jeudi 18 février 2016

Nouvelles du front

Redéploiement du groupe des volontaires sur le Nord de Donetsk


Nouvelle affectation, nouveau front...

Après 4 mois sur le front Sud Ouest et 1 mois de repos sur Donetsk, le groupe des volontaires français a rejoint sa nouvelle affectation, au Nord de Donetsk, et pour sa plus grande satisfaction car nous sommes désormais engagés dans un "secteur chaud" et symbolique où les tensions de la ligne de front n'ont pas diminué depuis les accords de Minsk, et depuis quelques jours, bien au contraire.

En effet, les ukrops intensifient chaque jour leurs bombardements sur la ligne de front principalement dans le secteur Ouest et Nord de Donetsk, où plusieurs civils ont été blessés.

Le secteur de l'aéroport où notre groupe a réalisé sa première mission, les positions républicaines essuient régulièrement des tirs de mortiers et lance grenades automatique tout comme les quartiers Nord qui eux aussi subissent des tirs de plus en plus étendus et fréquents.


Entre les bombardements nous continuons à nous entraîner dans le décor dantesque de l’aéroport afin de maîtriser nos nouvelles missions et armes de dotation, avec à l'horizon la silhouette décharnée de l'église du couvent d'Iversky, détruit par des bombardements classiques et au phosphore blanc en 2014.

Erwan Castel Volontaire français en Novorossiya


mercredi 17 février 2016

Sabotage ukrainien ... contre l'Ukraine

"Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est con... on est con !"


Le 16 février un groupe de saboteurs ukrainiens, vraisemblablement issu d'un bataillon spécial incontrôlé par le commandement a fait exploser la voie de chemin de fer entre Stokovataya et Yasinovataya. 8 wagons ont déraillé, aucun blessé n'est a déplorer.

Or c'est par ce chemin de fer que passent les livraisons de charbon à l'Ukraine ! Autant dire que si les réparations de la voie vont coûter 200 000  roubles, le préjudice pour Kiev risque fort d'être plus élevé !

Ce type d'action montre bien, s'il en été encore besoin, la stupidité et le manque d'organisation d'une armée qui semble de plus en plus abandonnée à elle même, pour le drôle ou le pire mais toujours pathétiques...

Erwan Castel, volontaire en Novorosiya

samedi 13 février 2016

Lancement du "Donbass Defence Journal"

Un nouveau né dans la famille DONi


Ce mois de février voit la concrétisation d'un nouveau projet partagé avec Janus Putkonen, le Directeur de la publication de l'Agence DONi News qui compte déjà une grande famille internationale s'exprimant déjà dans 10 langues différentes : le "Donbass Defence Journal" (DDJ).

Après "DONi news", "DONi Press", "Radio Free Donbass", "Save Donbass People", "DONI You Tube" et leurs nombreux avatars sur les réseaux sociaux (Facebook, VKontact, Tweeter etc...) c'est au tour de "Donbass Defence Journal" de proposer sur la toile virtuelle une nouvelle plateforme d'information militaire...

Cette nouvelle plateforme d'information est le fruit d'un projet réalisé en partenariat avec les autorités des Républiques de Donetsk et Lugansk qui ont validé et apporté leurs accréditations nécessaires au travail prévu.

Les sujets abordés graviteront bien sûr autour de l'actualité militaire et de la Défense du Donbass mais déborderont dans le temps et l'espace car la guerre qui fait rage ici est liée autant à un contexte géopolitique international qu'à un héritage historique causal.

Le site DDJ né il y a  quelques jours n'a pas encore toutes ses dents, mais il me paraissait important de le lancer dès que possible afin de créer une émulation dynamique et créatrice.

Les 3 langues initiales seront le français, le russe et l'anglais et les différentes rubriques traitées seront  : 

1  / ACTUALITÉS

                    - Donbass
                    - Ukraine
                    - Monde Russe
                    - OTAN
                    - International

2 / FRONT
                    - Situation Donbass
                    - Rapports de Situation en DPR
                    - Rapports de Sitaution en LPR
                    - Analyses

3 / DÉFENSE
                    - Armée DPR
                    - Armée LPR
                    - Volontaires
                    - Matériels et Armement
                                        - Equipement individuel
                                        - Armement Collectif
                                        - Armement individuel
                                        - Chars de Combat
                                        - Véhicules de combat
                                        - Artillerie
                                        - Transport
                                        - Divers

3 / HISTOIRE
                    - Antiquité
                    - Moyen age
                    - Epoque contemporaine
                    - Epoque moderne
                    - XXIème siècle
                    - Traditions

4 / MULTIMÉDIA
                    - Vidéos
                    - Photos
                    - Cartes

5 / DIVERS
                    - Lexique


L'ensemble de ces catégories bien sûr sera ouvert au fur et à mesure de la publication des nouveaux articles, aussi je vous demande par avance patience et indulgence car il me faut encore acquérir le maîtrise des outils et surtout le temps pour alimenter ce projet ambitieux, et il risque d'y avoir quelques petits bugs techniques et humains.

Articles partagés, fiches techniques, actualités, analyses, articles partagés, vidéos, photos, cartes autant d'informations comme les rapports de situation militaire que vous trouviez ici seront désormais publiés sur ce le DDJ, ainsi que d'autres articles quotidiens comme ce premier article publié aujourd'hui et consacré à Telmanovo

Si la rébellion du Donbass est un laboratoire extraordinaire pour l'avenir de l'Europe, et notamment à travers la création audacieuse des Républiques Populaires de Donetsk et Lugansk, la guerre qui en est quelque par l'athanor, est tout autant passionnante dans le sens où elle constitue même par procuration, un affrontement armé majeur entre un monde étasunien mourant et le monde russe renaissant.

Modestement nous voulons offrir avec le projet Donbass Defence Journal, une petite fenêtre pour mieux comprendre les événements, les acteurs mais aussi les enjeux et les menaces de cette nouvelle guerre européenne... 

Maintenant, un seul mot pour conclure : Davaï !

Erwan Castel, volontaire français en Novorossiya

Janus Putkonen présentant le projet DDJ à Lugansk le 15 décembre


Les différents liens pour le Donbass Defence Journal / fr sont les suivants :

- Le site Donbass Defence : https://dnidefence.com/
          Le site DDJ en français : https://dnidefence.com/fr/